Ausus sum est respicere retro

Guillelmus Apollinaire

(accommodatio: helium magellanicum olivam)

ausus sum respicere retro
cadaveribus meum
videte viam meam, et clamavi
a pulvere emortuus fuerit Italiæ ecclesiis,
aut inter ligna citrea
omni tempore et simul gratias
et flos et fructus
alii flevit diebus ante alios in hospitiis mortuus est
ubi ardens bouquets iactabatur
in oculis mulier auctores de poetica
et aperire rosæ electricæ tamen,
In hortis memoriæ meæ.



J’ai eu le courage de regarder en arrière

Guillaume Apollinaire


J'ai eu le courage de regarder en arrière
Les cadavres de mes jours
Marquent ma route et je les pleure
Les uns pourrissent dans les églises italiennes
Ou bien dans de petits bois de citronniers
Qui fleurissent et fructifient
En même temps et en toute saison
D'autres jours ont pleuré avant de mourir dans des tavernes
Où d'ardents bouquets rouaient
Aux yeux d'une mulâtresse qui inventait la poésie
Et les roses de l'électricité s'ouvrent encore
Dans le jardin de ma mémoire